La mémoire flamande

"La Grande Guerre fait toujours partie de la réalité quotidienne des Flamands, ne serait-ce qu'à cause des 170 cimetières militaires qui entourent la ville d'Ypres, théâtre de trois batailles dont la cruauté a dépassé l'entendement." Selon Le Soleil.

Nouveauté chez LUX éditeur

Nous soulignons à nos lecteurs une nouveauté parue chez LUX éditeur : Le péril rouge. La première guerre canadienne contre le terrorisme (1918-1919), Daniel Francis, Montréal, LUX éditeur, 2012, 274 p.
Soldats canadiens sur la Somme

La terrible bataille du Mont-Sorrel de juin 1916

Le 2 juin 1916, la 3e Division canadienne, créée en décembre 1915, fut la cible d’un violent bombardement allemand. Le barrage dévasta les positions canadiennes avancées et tua de centaines d’hommes, dont le commandant de la division, le major général Malcom Mercer.
Canadiens à la bataille d’Ypres

Les Canadiens au front en 1915

Lorsque les Canadiens arrivèrent à Ypres le 15 avril 1915, ils occupèrent une tranchée qui avait été creusée parmi les cadavres lors de la première bataille d’Ypres de l’automne précédent et où pas moins de 200 000 hommes furent blessés. C’est dans cette tranchée nauséabonde, au milieu de cadavres en décomposition, que les Canadiens ont passé cinq jours.

L’engagement d’Olivar Asselin

L’enrôlement le plus spectaculaire du côté canadien-français de toute la Première Guerre fut sans aucun doute celui du pamphlétaire nationaliste Olivar Asselin.