Commandant Guy Biéler, de l’ombre à la lumière

Plus de 25 ans après sa rencontre avec Vera Atkins, Guy Gendron présente "Le Meilleur des hommes. L’histoire de Guy Biéler, le plus grand espion canadien" (Québec-Amérique, 2018), un intéressant et touchant récit biographique sur ce soldat de l’ombre. Entrevue.

René Lévesque a-t-il pris des libertés avec l’histoire?

"S’il faut en croire William Johnson, 87 ans, la vie de René Lévesque serait tissée de mensonges. Depuis des années, l’ex-chroniqueur du journal The Gazette traque les faits et gestes de l’ancien premier ministre dans un franc dessein d’opposition politique. "

Il y a 70 ans, les Canadiens libéraient la Hollande

L'année 1945 en est une importante dans l’histoire militaire canadienne. C’est en effet un général canadien, le Lieutenant-général Charles Foulkes, qui le 5 mai 1945, accepta la reddition des armées allemandes en Hollande, que l’armée canadienne avait libérée presque à elle seule.

Évariste Lagacé, blessé et décoré

Évariste Lagacé a quitté l’Angleterre pour l’Italie en mars 1944. Il a combattu dans la vallée de la Liri, puis sur la ligne Gothique. Il a été blessé par balles le 13 septembre. Évariste Lagacé a compté parmi les survivants d’une campagne militaire négligée qui demeure méconnue aujourd’hui encore.

Évariste Lagacé et la ligne Hitler

Ancrée dans le mont Cairo, la ligne Hitler franchit la vallée de la Liri en face des villages de Piedimonte, d’Aquin et de Pontecorvo. Sa force réside notamment dans sa formidable barrière de béton et d’acier qui doit servir de centres de résistance antichars...

Évariste Lagacé en Italie

Alors que l’on a surtout à l’esprit la contribution canadienne à la libération de la France, de la Belgique et des Pays-Bas, l’effort et le sacrifice des Canadiens ayant participé aux opérations en sol italien de 1943 à 1945 passent à peu près inaperçus encore aujourd’hui. Évariste Lagacé fait partie de ces oubliés, de ces négligés de l’Histoire.

Évariste Lagacé en Angleterre

Le soldat Évariste Lagacé débarque en Angleterre le 26 décembre 1941. À cette époque, les troupes canadiennes représentent une force de quelque 125 000 hommes, comprenant trois divisions d'infanterie, une division blindée, une brigade de chars d'armée et un nombre considérable de troupes auxiliaires...

Évariste Lagacé s’engage

À l'automne 2013, nos coéditeurs Sébastien Vincent et Frédéric Smith étaient approchés par Radio-Canada afin de participer à la recherche et au tournage d'un épisode de l'émission Qui êtes-vous? con...
Soeur Agnès Valois, lors des cérémonies du 19 août à Dieppe, en 2010. Source : Les Informations dieppoises

Les 100 ans de sœur Agnès, héroïne de Dieppe

Tous ceux qui sont familiers avec l’histoire du raid de Dieppe d’août 1942 et surtout ceux qui ont eu la chance de participer sur place aux commémorations du raid connaissent Sœur Agnès Valois, l’infirmière héroïque qui, il y a près de 70 ans, sauva la vie de tellement des nôtres.

Robert Boulanger, symbole des FMR tombés à Dieppe

Robert Boulanger, jeune soldat mort six jours après son 18e anniversaire de naissance sur la plage de Dieppe, est devenu aux yeux des autorités de cette ville normande le symbole de ceux qui ont versé leur sang ce jour-là pour la libération de la France.
Gaston Auger, Fusilier Mont-Royal

Gaston Auger : enrôlé à 16 ans, prisonnier de guerre à 17

Gaston Auger, ex-soldat des Fusiliers Mont-Royal, n’a jamais connu l’adolescence. Enrôlé à 16 ans, il fut sans aucun doute l’un des plus jeunes prisonniers canadiens de la Seconde Guerre mondiale, à l’âge de 17 ans. Soixante-dix ans plus tard, il n’oubliera jamais la journée du 14 août 1944.

Fin de la tuerie. Début de la vie

"Cinq jours ont passé depuis que le Navire SS Ranchi a quitté Liverpool. Que d’événements se sont produits depuis mon départ. Avec tristesse et déchirement, j’ai quitté Marie restée à Londres le 29 avril 1945 afin de revenir au Canada." Par Gilbert Boulanger, DFC.

Yvon Robert, sergent des Fusiliers Mont-Royal

"Le 5 novembre 1942, Yvon Robert revêtait son uniforme des Fusiliers Mont-Royal pour la première fois, afin d’accueillir à Montréal l’ancien et toujours fort populaire champion du monde à la boxe Jack Dempsey, lui-même lieutenant dans la Garde côtière américaine." Un texte de Pierre Vennat.