John MacFarlane, La croix de Triquet. Une étude de l’héroïsme militaire, traduit de l’anglais par Richard Dubois, Montréal, PUM, 2012, 252 p

En 1945, le romancier F. Scott Fitzgerald écrivait : « Montrez-moi un héros, je vous écrirai une tragédie. »

Cette phrase aurait pu être écrite à propos de Paul Triquet. Seul Canadien français à avoir obtenu la croix de Victoria pour un fait d’armes accompli en Italie durant la Deuxième Guerre mondiale, ce simple soldat est poussé sous les feux de la rampe pour en faire un exemple. Mais on ne devient pas un héros impunément.

L’histoire de Triquet révèle le cynisme des autorités militaires qui retouchent à petits traits sa vie pour en faire une légende qui cadre mieux avec leurs visées : stimuler l’effort de guerre et encourager l’enrôlement. Le costume de héros est toutefois un peu trop grand, et de l’avoir endossé laissera des séquelles douloureuses non seulement dans la vie privée et professionnelle de Triquet, mais aussi dans l’histoire militaire canadienne.

John MacFarlane est historien à la Direction de l’histoire et du patrimoine, ministère de la Défense nationale. La version originale de ce livre a obtenu The Society for Military History’s Distinguished Book Award en 2010.

Source : www.pum.umontreal.ca/catalogue/la-croix-de-triquet

Sébastien Vincent

Enseignant, historien et conférencier. Fondateur et éditeur du site "Le Québec et les guerres mondiales". Ses travaux portent sur le Canada, le Québec et la Seconde Guerre mondiale. Collaborateur au journal Le Devoir, il a publié Ils ont écrit la guerre (2010, Vlb éditeur) et Laissés dans l'ombre. Les Québécois engagés volontaires de la guerre 39-45 (2004, Vlb éditeur, finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général, 2005).
Sébastien Vincent