Hitler dans la Grande Guerre

 

6. Première Guerre Hitler

La Première Guerre d’Hitler, Thomas Weber, Paris, Perrin, « coll. Tempus », 2014, 668 p.

Adolf Hitler a souvent affirmé que la Grande Guerre fut l’expérience la plus formatrice de sa vie. La quatrième de couverture de l’édition originale paru en 2010 indique que « l’histoire du « soldat Hitler » sur le front occidental entre 1914 et 1918 n’avait encore jamais été écrite. Tout ce que nous connaissions de ses années de guerre et de son régiment reposait sur Mein Kampf et sur les souvenirs arrangés de certains de ses frères d’armes.

Reprenant toutes les pièces du dossier et grâce à des sources inédites, Thomas Weber invalide un lot de contrevérités léguées par la propagande du IIIe Reich. Engagé volontaire en juin 1914, Hitler servait comme estafette et n’a jamais été caporal. Affecté au QG régimentaire, il ne fut que rarement en première ligne. Préservé de l’horreur des tranchées, il fut d’ailleurs souvent qualifié de « cochon de l’arrière » par ceux qu’il présentera plus tard comme ses meilleurs camarades. Contrairement à la mystique nazie, il n’a montré aucune aptitude au commandement et son régiment n’était pas constitué de soldats antisémites aux idées pangermanistes…

Bousculant la vulgate selon laquelle le premier conflit mondial serait la matrice de l’idéologie d’Hitler et du nazisme, Thomas Weber nous invite à une relecture complète de la personnalité du Führer et de son ascension au pouvoir. Plus largement, il propose une autre perception de la Première Guerre mondiale et de ses conséquences en Allemagne ».

L’ouvrage comporte une substantielle bibliographie.

 

Une biographie de l’homme qui a voulu tuer Hitler

 

7. Stauffenberg

Stauffenberg. L’homme qui voulait tuer Hitler, Paris, Perrin, « coll. Tempus », 2014, 337 p.

Le site de l’éditeur présente l’ouvrage paru originalement en 2009 comme étant « le portrait de celui qui fut la figure centrale du complot contre Hitler et qui est devenu l’un des symboles de la résistance allemande au nazisme. Cerveau de la célèbre conspiration du 20 juillet 1944 qui faillit tuer Hitler, Claus von Stauffenberg incarne l’esprit de résistance au nazisme. Mais qui était-il vraiment? Dans cette biographie, Jean-Louis Thiériot raconte l’engagement puis les désillusions de l’officier, aristocrate, patriote et croyant, avant de livrer un récit haletant du complot et de l’opération « Walkyrie » dont l’échec radicalisa le IIIe Reich et prolongea dramatiquement la guerre ».

Notre site a déjà présenté la biographie de Stauffenberg signée par Peter Hoffmann que les Presses de l’Université Laval ont eu la bonne idée de faire paraître en français en 2010 (http://www.lequebecetlesguerres.org/himmler-et-stauffenberg-portraits-opposes/).

Sébastien Vincent

Enseignant, historien et conférencier. Fondateur et éditeur du site "Le Québec et les guerres mondiales". Ses travaux portent sur le Canada, le Québec et la Seconde Guerre mondiale. Collaborateur au journal Le Devoir, il a publié Ils ont écrit la guerre (2010, Vlb éditeur) et Laissés dans l'ombre. Les Québécois engagés volontaires de la guerre 39-45 (2004, Vlb éditeur, finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général, 2005).
Sébastien Vincent