Lectures d’hiver : Être soldat de Hitler, à Stalingrad ou ailleurs

Sébastien Vincent vous propose trois lectures pour agrémenter les froides journées d'hiver : un ouvrage consacré à la Wehrmacht au combat démontant plusieurs idées reçues (Perrin, 2019) ; un autre sous la plume de Benoît Rondeau dédié à la vie des soldats de Hitler (Perrin, 2019); enfin, la réédition de "Stalingrad", le grand classique d'Anthony Beevor (Calmann-Lévy, 2019).

À propos de la campagne d’Italie

Dans la foulée de notre grand dossier consacré au parcours du soldat Évariste Lagacé, et à l'approche du 70e anniversaire de la fin de la campagne d'Italie, Sébastien Vincent propose un bilan de cette campagne oubliée, de même que quelques sources utiles pour aller plus loin.

La Croix Victoria de Paul Triquet

"Pour sa conduite héroïque à la Casa Berardi, Paul Triquet, qui devait après la guerre terminer sa carrière comme brigadier général de réserve, fut promu major le 21 décembre et se mérita la Croix Victoria (VC), la plus haute décoration pour bravoure qu’un militaire canadien puisse se mériter." Suite et fin du précédent article.

Du français pour les conscrits

«Quand ils se rendront dans les centres d’entraînement militaire, le 9 octobre, les jeunes Canadiens français y trouveront des officiers de leur nationalité, qui comprennent leur mentalité, leur esprit.» - Major général Léo-Richer La Flèche

Une unité féminine d’élite

"En octobre 1941, le major Élisabeth Smellie, membre du corps médical de l’armée active, vint expliquer à Montréal qu’elle s’était vue confier la tâche d’organiser une « unité féminine d’élite » au sein de l’armée canadienne." Un texte de Pierre Vennat.

Petite histoire des commandos canadiens

Tenter d’écrire l’histoire des commandos canadiens est loin d’être simple. Car non seulement on ne s’entend pas sur quel groupe répond ou ne répond pas à la définition généralement admise du mot "commando", mais plusieurs de ceux qui y répondent ont servi au sein d’organismes ou de détachements internationaux ou étrangers.

Les Hitlerjugend en Normandie

L'idée est encore répandue que les Alliés se seraient frottés à des divisions de deuxième ordre en Normandie. Après tout, la Hitlerjugend n'était-elle pas constituée de gamins? Or, la campagne de Normandie a clairement démontré le fanatisme de ces jeunes soldats. Plusieurs Canadiens comptent parmi leurs victimes.

Les Canadiens et l’Opération Torch

On parle peu de la participation canadienne à l’Opération Torch et à la reconquête de l’Afrique du Nord, à compter de novembre 1942. Parce que bien sûr, face à l’effort américain, français et britannique, le rôle des Canadiens peut paraître minime. Pourtant, quelques formations canadiennes ont participé à l’Opération Torch, en partance du Royaume-Uni. Un texte de Pierre Vennat.

Pourquoi reparler de Dieppe?

"Le Brigadier général Dollard Ménard, le commandant du bataillon des Fusiliers Mont-Royal à Dieppe, fut utilisé à toutes les sauces. Mais bien d’autres aussi, dont mon propre père, le Lieutenant André Vennat, qu’une rafale de mitraillette devait emporter."

L’escadron 425 : résumé historique

C’est le 25 juin 1942 que l’escadron 425 voit le jour à la base de Dishforth en Grande -Bretagne et est intégré au 4e Groupe de l’aviation de bombardement de la Royal Air Force (RAF). Un texte de Richard Girouard, historien de l'escadron 425.