Par Sébastien Vincent  

Ce livre offre une synthèse largement illustrée de trente batailles qui ont marqué la guerre 39-45, depuis la capitulation de Varsovie en septembre 1939 jusqu’aux terribles bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945.

La Seconde Guerre mondiale au cœur des batailles, Philippe Faverjon, Paris, Acropole, 2011, 239 p.

Destiné à un large public, l’ouvrage de Philipppe Faverjon, auteur notamment de l’essai Les Mensonges de la Seconde Guerre mondiales (Perrin, 2002), présente clairement le contexte, les tactiques et les armes utilisées, ainsi que les effectifs impliqués dans ces chocs militaires que furent, entre autres, la bataille de Narvik, d’Angleterre, de Midway de Stalingrad et de Koursk, sans oublier la bataille de Cassino et le Débarquement en Normandie.

Au fil des pages, la riche infographie accroche l’oeil. Elle met en scène de dynamique manière les théâtres d’opérations, les déploiements stratégiques, les décisions tactiques et matérielles. 

Le livre appelle cependant quelques réserves. Il raconte l’histoire factuelle des batailles, mais n’offre rien de bien original en termes d’analyse de ces dernières. L’apport des Canadiens est réduit à son strict minimum pour l’ensemble de la guerre. Le chapitre portant sur le « débarquement » (sic) de Dieppe évoque la participation des Canadiens, mais la contribution des Fusiliers Mont-Royal et de son héros, Dollard Ménard, est oubliée. Le Débarquement en Normandie est traité du point de vue américain surtout. Enfin, le livre aurait bénéficié de l’apport d’un index et d’une bibliographie, même sommaire. 

Sébastien Vincent

Enseignant, historien et conférencier. Fondateur et éditeur du site "Le Québec et les guerres mondiales". Ses travaux portent sur le Canada, le Québec et la Seconde Guerre mondiale. Collaborateur au journal Le Devoir, il a publié Ils ont écrit la guerre (2010, Vlb éditeur) et Laissés dans l'ombre. Les Québécois engagés volontaires de la guerre 39-45 (2004, Vlb éditeur, finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général, 2005).
Sébastien Vincent