Par Sébastien Vincent

La maison d’édition Athéna, fondée en 2001, occupe de plus en plus de terrain en histoire militaire et en sciences politiques en proposant des ouvrages inédits en français ou d’excellentes traductions d’historiens canadiens reconnus.

Elle propose cet hiver la réédition mise à jour du classique de Desmond Morton dont la première édition en français remonte à 1992 et la traduction d’un livre important de Jeffrey A Channel j. Keshen à lire absolument, malgré le peu de place qui y occupe le Québec.
 Le site internet de l’éditeur présente les deux titres en ces termes :

Histoire militaire du Canada de Desmond Morton (janvier 2010)

Les Canadiens se souviennent de guerres livrées en France, en Italie ou en Corée, mais non de celles dans la vallée du Richelieu ou de la péninsule du Niagara. Ils considèrent la guerre comme une aberration qui, par bonheur, sévit loin de leurs rivages. Un éminent historien militaire a même dit qu’ils ne forment pas un peuple militaire, une description que la plupart des Canadiens jugent flatteuse 애나벨 영화. Pourtant, sans une succession de guerres qui se sont prolongées sur plus de 70 ans, la plus grande partie de l’Amérique du Nord aurait très bien pu demeurer française ou espagnole. La guerre de l’Indépendance américaine a déterminé l’existence du Canada, et la guerre de 1812 l’a confirmée. Bien que les guerres du XXe siècle aient laissé intactes les frontières du Canada, elles ont épargné bien peu de choses à l’intérieur même du pays 카카오 음악. La guerre a obligé les Canadiens à choisir entre l’Empire et l’indépendance et, à la longue, elle a obligé le pays à adopter une nouvelle dépendance, plus agitée, envers les États-Unis. Elle a aussi servi de catalyseur à une expansion industrielle explosive et aussi à l’édification du régime de sécurité sociale du Canada. En fait, il serait difficile de trouver une institution, de la famille au syndicalisme, dont l’une des guerres mondiales, si ce n’est les deux, n’ait transformé l’histoire 일상으로의 초대.

En 1991 paraissait la première édition française de A military history of Canada. Depuis, Desmond Morton a publié cinq mises à jour (en anglais) de cette première version. Presque vingt ans plus tard, cette deuxième édition française, entièrement révisée et remise à jour, propose une nouvelle introduction, des chapitres supplémentaires, de nouvelles cartes, une iconographie augmentée et une bibliographie qui tient compte des avancées historiographiques en histoire militaire 워너원 켜줘. Dans cet ouvrage, dont la version anglaise est reconnue comme le livre de références en matière d’histoire militaire tant au Canada qu’en Europe, Desmond Morton montre, avec force détails, que le Canada, quoiqu’en pensent ses habitants, a été façonné par la guerre.

Saints, Salauds et Soldats. Le Canada et la Deuxième Guerre mondiale  de Jeffrey A. Keshen (traduit de l’anglais) (février 2010)

La Deuxième Guerre mondiale a toujours eu, pour une guerre, une excellente presse 더 디너. Plus longue et plus coûteuse en vies humaines que la Première, elle bénéficie pourtant d’une bien meilleure réputation. Mais cette image rassurante de la «bonne guerre» masque un autre volet d’une réalité moins reluisante. Des critiques se sont élevées selon lesquelles les Canadiens semblaient peu disposés à consentir aux sacrifices nécessaires et plaçaient sans vergogne leurs intérêts personnels et financiers au-dessus des besoins du pays 캐논변주곡.

Les années de guerre virent aussi une montée des appréhensions quant à ce qu’on estimait être une disparition de la bienséance et une propagation de la débauche. La prostitution devint un sujet d’actualité. Sa prolifération tenait, pensait-on, à la clientèle militaire. On s’inquiétait aussi de la stabilité des familles canadiennes en temps de guerre, spécialement devant le nombre croissant de mères au travail et on réprouvait l’immoralité en temps de guerre et l’instabilité sociale qu’elle créait xdbg.

Mais comment une époque peut-elle être à la fois ceci et cela? À bien des égards, la guerre fut un accélérateur social, projetant les individus dans des situations qui contestaient brutalement leurs usages sociaux et moraux. D’un côté, le temps de la guerre modifia les voies déjà connues vers une plus grande permissivité; de l’autre, il suscita la double crainte d’une fragmentation sociale, à un moment où la cohésion était essentielle, et d’un après-guerre chaotique et moralement perverti 도라마코리아.

Cette étude d’histoire sociale se penche sur les multitudes de citoyens qui s’alarmèrent, et parfois même paniquèrent, devant ce qu’ils percevaient comme une décomposition, causée par la guerre, des valeurs morales et sociales du Canada.

Sébastien Vincent