Par Richard Girouard
Historien de l’escadron 425

C’est le 25 juin 1942 que l’escadron 425 voit le jour à la base de Dishforth en Grande -Bretagne et est intégré au 4e Groupe de l’aviation de bombardement de la Royal Air Force (RAF).

L’ordonnance d’organisation du 22 juin établit l’escadron 425 comme étant le cinquième escadron de bombardiers de l’Aviation royale du Canada (ARC), et inclut la désignation « canadien- français » après le numéro d’escadron. Cette distinction spéciale marque les débuts de l’escadron « Alouette » qui a comme devise officielle « Je te plumerai ».

Durant la guerre, l’escadron déploie ses bombardiers Wellington et Halifax contre des cibles ennemies situées principalement en Allemagne, en France, en Sicile et en Italie, tandis que l’appareil Lancaster sera utilisé exclusivement à des fins d’instruction deux semaines avant la fin du conflit.

L’escadron a effectué 3 665 sorties et plus de 20 000 heures de vol. Il a reçu plus de 190 décorations et récompenses avant d’être démantelé le 5 septembre 1945.

L’escadron 425 est réactivé le 1er octobre 1954 à la Station Saint-Hubert de l’ARC avec l’intercepteur tous temps CF-100 Canuck d’Avro Canada.

En 1961, l’escadron déménage à la Station Namao en Alberta et se munit du nouvel appareil CF-101 Voodoo. L’escadron devient une unité d’instruction opérationnelle chargée d’entraîner les pilotes et navigateurs des autres escadrons de CF-101.

En juillet 1962, l’unité est redésignée escadron de chasseurs tous temps; et elle déménage à la Station Bagotville, dans l’est du Québec, pour assumer des fonctions au sein du NORAD.

L’escadron devient opérationnel sur le CF-18 au mois d’avril 1985.

Entre 1998 et 2001, l’escadron réalise de nombreuses missions de combat dans le cadre de l’opération Echo et lors de l’opération Allied Force dans les Balkans.

En mars 2011, six CF-18 Hornet et un appareil de réserve sont déployés à la base aérienne Trapani en Italie. Ils appuient l’opération MOBILE – la contribution des Forces canadiennes à l’opération UNIFIED PROTECTOR. Ceci fait partie d’un effort dirigé par l’OTAN pour imposer à la Libye l’embargo sur les armes et la zone d’exclusion aérienne réclamée dans la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU. Au terme d’une campagne marquée de victoires, les dernières Alouettes retournent à la 3e Escadre Bagotville le 4 novembre 2011.